Catégories
Actualités Start-Up

Microsoft prépare Office pour Big Sur, Mac basés sur M1

Microsoft a publié mercredi un aperçu d'Office pour Mac qui fonctionnera nativement sur les prochains ordinateurs portables basés sur ARM d'Apple.

La société de Redmond, Washington a également modifié ses applications macOS Office basées sur Intel afin qu'elles s'exécutent sur le plus récent d'Apple, Big Sur, et ont été optimisées pour la traduction par Rosetta 2 – la technologie intégrée qui permet d'exécuter des logiciels plus anciens sur le silicium ARM à l'intérieur des nouveaux MacBook Air, MacBook Pro et Mac Mini.

En effet, Microsoft dispose désormais de deux lignes d'Office pour Mac.

Le dernier, une itération d'application universelle d'Office, a été publié sur la chaîne bêta d'Office Insider, le programme de prévisualisation de Microsoft, le 11 novembre, selon Erik Schwiebert, ingénieur logiciel principal pour les produits Apple chez Microsoft. UNE Application universelle est un avec des binaires qui fonctionnent sur Intel et Matériel Apple Silicon Mac.

(Mardi, Apple a dévoilé trois modèles de Mac alimentés par son propre silicium ARM, un système sur puce (SoC) surnommé M1. Alors que ces machines – configurations du MacBook Air, le 13 pouces. MacBook Pro et Mac Mini – peuvent être commandés maintenant, ils doivent être livrés aux acheteurs dans quelques jours et être vendus au détail le 17 novembre.)

Les utilisateurs doivent disposer d'un compte Office 365 ou Microsoft 365 pour rejoindre Office Insider et ainsi expérimenter la version bêta de l'application universelle Office. Les instructions d'installation de la version bêta sont disponibles ici.

Ce mois-ci également, Microsoft a mis à jour les applications Office – Word, Excel, PowerPoint, Outlook, OneNote et OneDrive – pour inclure «les dernières optimisations pour macOS Big Sur, qui est le premier système d'exploitation à prendre en charge Apple Silicon».

Sur les systèmes alimentés par M1, Big Sur – alias macOS 11 – s'appuie sur Rosetta 2 pour exécuter les applications Intel existantes. Rosetta le fait en traduisant le code Intel en code qui s'exécute sur le SoC M1. Plutôt que de le faire en temps réel, encore et encore chaque fois que l'application est lancée, Rosetta 2 peut effectuer la traduction une fois, avant la première exécution de l'application sur du silicium Apple, puis stocke le code traduit pour une utilisation ultérieure.

Droits d'auteur © 2020 IDG Communications, Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *